Flash infos
                            
 
    Actualité: 
Option |
Journée mondiale de la liberté de la presse


Le Ministre M. Amadou COULIBALY: « Le soutien de l’Etat à la presse ne peut remplacer les stratégies de développement des entreprises de presse »
Publié le 09-06-2021    Source: SECODO



Le Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Porte-parole du Gouvernement,  M. Amadou Coulibaly a affirmé que « le soutien de l’Etat à la presse ne peut remplacer les stratégies de développement des entreprises de presse qui doivent être mises en œuvre par leurs créateurs, fondateurs et gestionnaires…


Dans votre environnement plus que d’autres, les règles de bonne gouvernance doivent être respectées ».


M. Amadou Coulibaly, a fait cette déclaration lors des festivités de la 28ème  Journée mondiale de la liberté de la presse, organisées le 03 mai 2021 à la RTI à Cocody, autour du thème «l’Information comme bien public ».

« La presse, ce sont des organes de presse, mais aussi et surtout des entreprises de presse qui doivent pouvoir respecter les règles de leur propre survie» a précisé le ministre en répondant aux préoccupations soulevées par les journalistes et les hommes de médias dans leur déclaration lue par Sam Wacouboué. En Côte d’Ivoire, certains acteurs de la presse, expliquent la mévente des journaux par la distribution qui ne couvre pas tout le territoire national. « La question de la distribution de la presse fera l’objet d’une réflexion approfondie afin d’apporter une réponse plus adaptée, plus efficace » a promis le Ministre.
S’agissant de la politique d’aide aux médias et à la presse, le Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie a rassuré que : « le Gouvernement, sur instruction de Son Excellence Monsieur le Président de la République, reste toujours décidé à faire bouger les lignes, à vous soutenir ». Il a argumenté que, ce soutien se traduit par « l’augmentation régulière de la dotation annuelle du Fonds de Soutien et de la Développement de la Presse (FSDP) ». Et de poursuivre : « Nous projetons d’élargir les attributions du FSDP afin qu’elles prennent en compte les médias audiovisuels et numériques. Mes prédécesseurs en avaient pris l’initiative, je compte faire aboutir ce projet ».


L’aide de l’Etat dans la mise en place de la Mutuelle sociale des journalistes, a-t-il renchéri, est bien une autre preuve que le Gouvernement a à cœur le bien-être des journalistes et des professionnels de la communication.



L’un des temps forts de cette célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse a été la marche des journalistes et acteurs des médias ivoiriens dans les rues de Cocody avant de se rassembler dans la cours de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI, service public) dans l’Est d’Abidjan.

« La liberté de la presse assure la liberté du citoyen à avoir une information qui lui permette d’assumer pleinement son rôle d’acteur social de premier plan», a dit le ministre de la Communication, des médias et de la francophonie.

Selon lui, la notion de liberté de la presse doit être intimement liée à celle de responsabilité. Et cette liberté doit s’exercer «dans le respect des lois de nos pays », a-t-il soutenu.

Poursuivant, M. Coulibaly qui s’est félicité de ce que la presse ivoirienne est « de plus en plus responsable » a souligné l’engagement du gouvernement à soutenir les acteurs des médias dans le pays.
La présidente du Conseil national des droits de l’homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) Naminata Sangaré, la Représentante et Cheffe de Bureau de l’UNESCO à Abidjan Anne Lemaistre, l’Ambassadeur des Pays-Bas en Côte d’Ivoire Yvette Daoud et l’Ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Richard Bell se sont succédés à la tribune.

«La liberté de la presse exige la liberté de l’Internet », a soutenu dans son intervention l’Ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, Richard Bell.

Avant lui, Jean-Claude Coulibaly, le président de l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) a indiqué qu’il est « impérieux pour chaque membre du métier d’informer, de rester vigilant, d’être jaloux de sa liberté et se garder de tomber dans les compromissions ».
« Brisons ensemble nos chaînes tout en gardant à l’esprit que toute liberté comporte la responsabilité », a indiqué Jean Claude Coulibaly à ses confrères.

Rappelant les actions du gouvernement ivoirien en faveur de la presse, Sam Wacouboué, le porte-parole des organisations professionnelles des médias en Côte d’Ivoire, a regretté que malgré des efforts, « la liberté de la presse reste toujours en danger » dans le pays.

De son avis, le chemin est « encore long » pour que les journalistes exercent leur métier en Côte d’Ivoire « dans des conditions de sécurité requises ».
Pour améliorer les conditions de vie et de travail des journalistes en Côte d’Ivoire, porte-parole des organisations professionnelles des médias a ainsi égrené une série de doléances à la tutelle au nombre desquelles, l’octroi aux médias dans leur ensemble de 0,1% du budget de l’Etat de Côte d’Ivoire pour leur fonctionnement.



 
›Voir d'autres actualités

 

Visite du Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, M. Amadou Coulibaly au FSDP

Interventions dans le secteur des médias / Le Conseil de Gestion du FSDP s’informe sur les chantiers financés

 

Fonds de Soutien et de Développement de la Presse © - Siège social : Riviéra Attoban, derrière le Collège Jules Ferry. Tél : (225) 22 43 88 35/ 07 07 13 22 - 17 BP 1221 Abidjan 17
– Site Web : www.fsdp.ci – Email : infos@fsdp.ci © Copyright 2011-
- Nous ecrire